Catégories
Patrimoine et Culture

«Dans mon cœur, je suis palestinien»: l’activisme de Maradona se souvient | Amérique latine

Le footballeur argentin, décédé à 60 ans, a fièrement exprimé son soutien à la Palestine à plusieurs reprises.

Alors que le monde pleure la mort du joueur légendaire du football, Diego Maradona, de nombreuses personnes rendent également hommage à son soutien vocal à la cause palestinienne.

L'ancien joueur argentin et vainqueur de la Coupe du monde est décédé mercredi d'une crise cardiaque à seulement 60 ans, après des années de problèmes de santé.

Sa mort est survenue deux semaines après avoir été libérée d'un hôpital de Buenos Aires suite à une opération au cerveau.

Maradona a été saluée comme un socialiste anti-impérialiste de gauche, qui a soutenu les mouvements progressistes.

Il comptait parmi ses amis le regretté dirigeant vénézuélien Hugo Chavez, le regretté Président cubain Fidel Castro et Evo Morales de la Bolivie.

Il a été vu à plus d'une occasion accompagner Chavez, vêtu d'une chemise anti-George Bush.

Il a soutenu sans vergogne la Palestine, même après avoir raccroché ses chaussures de football.

Le porte-parole du Hamas, Sami Abu Zuhri, a tweeté ses condoléances à la famille et aux fans de Maradona à travers le monde.

«Nous sommes tellement tristes de la mort de l’un des plus grands footballeurs,‘ Maradona ’, qui est connu pour son soutien à la cause #Palestine», a-t-il écrit.

En 2012, Maradona s'est décrit comme «le fan numéro un du peuple palestinien».

«Je les respecte et sympathise avec eux», a-t-il déclaré. «Je soutiens la Palestine sans aucune crainte.»

Deux ans plus tard, lors de l’offensive estivale israélienne contre la bande de Gaza assiégée qui a tué au moins 3 000 Palestiniens, Maradona a exprimé son indignation et critiqué Israël.

«Ce qu'Israël fait aux Palestiniens est honteux», a-t-il déclaré dans un communiqué.

Un an plus tard, des informations ont circulé selon lesquelles Maradona était en négociations avec l'Association palestinienne de football sur la possibilité d'entraîner l'équipe nationale palestinienne lors de la Coupe d'Asie de l'AFC 2015.

En juillet 2018, il a rencontré le président palestinien Mahmoud Abbas lors d'une brève réunion à Moscou, réitérant à nouveau son soutien de longue date aux Palestiniens.

«Dans mon cœur, je suis palestinien», a-t-il dit à Abbas en l'embrassant dans un clip qui a été téléchargé sur sa page Instagram.

La même année, Maradona a exprimé ses opinions sur le rôle des États-Unis en Syrie, qui en était à sa septième année de guerre civile alors que le président Bashar al-Assad consolidait son contrôle sur la majorité du pays.

«Il n’est pas nécessaire d’aller à l’université pour savoir que les États-Unis veulent anéantir la Syrie», a-t-il déclaré.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *