Catégories
Patrimoine et Culture

États-Unis: la vente de baux pétroliers et gaziers de Arctic Refuge est prévue pour début janvier | États-Unis et Canada

Les groupes environnementaux critiquent l'annonce de l'administration Trump comme une menace pour la réserve faunique vierge de l'Alaska.

L'administration Trump a annoncé son intention de vendre les droits de location de pétrole et de gaz le mois prochain pour une section de l'Arctic National Wildlife Refuge (ANWR), une décision qui, selon les groupes environnementaux et autochtones, menaçait la vaste réserve faunique de l'Alaska.

Dans un communiqué publié jeudi, le Bureau of Land Management des États-Unis a déclaré que la vente de bail pour la plaine côtière de l'ANWR serait menée en direct le 6 janvier, quelques jours à peine avant l'investiture du président élu américain Joe Biden.

«Le Congrès nous a ordonné de vendre des baux dans la plaine côtière de l'ANWR, et nous avons franchi une étape importante en annonçant la première vente avant la date limite de décembre 2021 fixée par la loi», a déclaré le directeur du bureau de l'État de l'Alaska, Chad Padgett déclaration.

«Le pétrole et le gaz de la plaine côtière sont une ressource importante pour répondre à la demande énergétique à long terme de notre nation et aideront à créer des emplois et des opportunités économiques.»

Le président Donald Trump a autorisé l'exploration pétrolière et gazière dans la plaine côtière de l'ANWR en 2017 malgré l'opposition généralisée et de longue date des défenseurs de la conservation de la faune, des communautés autochtones et de certains législateurs américains.

L'ANWR s'étend sur plus de 19,4 millions d'acres (environ 7,8 millions d'hectares) de terres et d'eau dans le nord-est de l'Alaska.

La plaine côtière est un point clé de la route de migration des troupeaux de caribous de porc-épic, sur lesquels compte la nation autochtone Gwich’in, dont les membres vivent dans des communautés aux États-Unis et au Canada.

Les dirigeants gwich’in ont mené une campagne de plusieurs années pour défendre l’ANWR contre l’exploitation pétrolière et gazière qui, selon eux, nuira aux troupeaux de caribous et modifiera irrévocablement leur mode de vie.

Toutes les sociétés pétrolières qui soumissionnent sur la vente de baux pour la plaine côtière de l'Arctique National Wildlife Refuge devraient se préparer à une bataille juridique difficile, lourde de coûts élevés et de risques pour la réputation.

Jamie Rappaport Clark, défenseurs de la faune

Le groupe de défense des défenseurs de la faune a rejeté l'annonce du bureau jeudi, qualifiant la vente de bail prévue de «destructrice» et «illégale».

L'organisation a déclaré que le forage pétrolier et gazier dans la plaine côtière menaçait également l'habitat de mise bas des ours polaires du sud de la mer de Beaufort.

«  Toutes les sociétés pétrolières qui soumissionnent sur la vente de baux pour la plaine côtière de l'Arctique National Wildlife Refuge devraient se préparer à une bataille juridique difficile, lourde de coûts élevés et de risques pour la réputation '', a déclaré le président-directeur général du groupe, Jamie Rappaport Clark, dans un communiqué.

«Les défenseurs ne resteront pas les bras croisés alors que le gouvernement dépouille des terres sacrées pour les peuples autochtones, anéantit l'une des populations d'ours polaires les plus en péril des États-Unis et industrialisera le joyau de la couronne du système national de refuge faunique.

Ellen Montgomery, directrice de la campagne pour les terres publiques à Environment America, un autre groupe de défense, a également dénoncé que la décision était «le dernier scandale» dans le traitement de l'ANWR par l'administration Trump.

«Avec une mentalité de« tout doit partir », ils essaient de bloquer les ventes sur certains de nos pays les plus emblématiques. C'est carrément faux », a déclaré Montgomery dans un communiqué.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *