Catégories
Patrimoine et Culture

Face à la menace de «normalisation», les Palestiniens répondent par l'unité | Actualités Palestine

Ville de Gaza – À la demande des États arabes de normaliser leurs relations avec Israël, les factions politiques palestiniennes fracturées travaillent avec diligence dans des pourparlers multilatéraux pour restaurer l'unité et réparer la division entre la bande de Gaza et la Cisjordanie dans des négociations bien plus prometteuses que les efforts précédents.

Les ministres des Affaires étrangères des Émirats arabes unis (EAU) et de Bahreïn signeront mardi un accord avec Israël à la Maison Blanche établissant des liens complets en violation de l'Initiative de paix arabe. Cette décision est une menace pour les demandes arabes de longue date qu'Israël mette fin à son occupation de plusieurs décennies et s'entende sur une solution à deux États avec les Palestiniens.

Samedi, les groupes palestiniens dirigés par le Hamas et le Fatah se sont mis d'accord sur une "direction unifiée sur le terrain" comprenant toutes les factions qui mèneront une "résistance populaire globale" contre l'occupation israélienne, selon un communiqué.

Il a appelé à ce que mardi – lors de la cérémonie de signature à Washington, DC – soit une journée de "rejet populaire". Les Palestiniens de Gaza et de Cisjordanie prévoient des manifestations de «jour de rage», et d'autres manifestations sont attendues devant les ambassades d'Israël, des États-Unis, des Émirats arabes unis et de Bahreïn dans le monde entier.

La formation du groupe de direction conjoint et les progrès dans les pourparlers d'unité intra-palestinienne sont intervenus après une réunion tant attendue le 3 septembre entre le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, Ismail Haniya du Hamas, le chef du Jihad islamique Ziyad al-Nakhala et les dirigeants de divers Palestiniens. entités. Des rassemblements ont eu lieu à Ramallah en Cisjordanie occupée et à Beyrouth, au Liban.

Le Hamas et d'autres partis palestiniens ont exigé pendant des années qu'une telle réunion ait lieu, mais Abbas a toujours rejeté cette initiative, appelant le Hamas à honorer d'abord les précédents pactes d'unité.

Mais avec la cause palestinienne confrontée récemment à tant de défis – le plus important étant la normalisation entre les pays arabes et Israël – Abbas a accepté de tenir des discussions.

'Progrès majeur'

Husam Badran, membre du bureau politique du Hamas, a déclaré à Al Jazeera que plusieurs facteurs poussent les Palestiniens à s'unir, y compris "l'accord du siècle" du président américain Donald Trump, les plans d'annexion des zones palestiniennes par Israël et les Etats arabes normalisant leurs relations avec "l'occupation" et ce qu'il représentait comme un coup de poignard perfide dans le dos des Palestiniens ".

Badran a qualifié la réunion de direction de «progrès majeur» qui a abouti à des décisions claires sur plusieurs questions urgentes.

"La précipitation d'un certain nombre de pays arabes à normaliser leurs relations avec l'Etat d'occupation a poussé le dossier de la formation d'une direction unifiée sur le terrain pour la résistance populaire au sommet de l'agenda des actions palestiniennes", a déclaré Badran.

Il a ajouté que les mouvements de normalisation "nécessitent que les Palestiniens coopèrent et renforcent leur front intérieur, et transcendent toutes leurs différences pour sauver la cause palestinienne".

«Les dirigeants palestiniens transforment leur rejet de tous les plans qui visent à liquider la cause palestinienne en mesures réalistes sur le terrain», a déclaré Badran.

Trois comités ont été formés lors de la réunion: le premier sur formant une direction de terrain unifiée pour activer la lutte populaire contre l'occupation israélienne, la deuxième est chargée de parvenir à une vision convenue pour mettre fin à la division entre Gaza et la Cisjordanie, et une troisième chargée de relancer l'Organisation de libération de la Palestine (OLP).

Les comités ont eu un délai de cinq semaines pour soumettre des recommandations au président palestinien. Abbas a promis qu'il accepterait les recommandations quelles qu'elles soient.

Palestine: un accord entre les Émirats arabes unis et Israël pour protester

Des chaussures palestiniennes sont placées sur des photos du président américain Donald Trump, du prince héritier d'Abou Dhabi Mohammed ben Zayed Al Nahyan et du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu lors d'une manifestation (Majdi Mohammed / Reuters)

Réconciliation Hamas-Fatah

Le Hamas et le Fatah sont divisés depuis 2007 lorsque le Hamas a destitué les forces de sécurité du Fatah de Gaza après des mois de tension. De multiples tentatives ont été faites depuis pour combler le fossé entre les deux, mais aucune ne s'est concrétisée.

Les relations entre le Hamas et le Fatah, cependant, se sont considérablement améliorées récemment.

Au cours des deux derniers mois, les deux principaux mouvements palestiniens, poussés par les plans d'annexion israélienne, ont engagé des pourparlers positifs axés sur la présentation d'un rejet unifié des plans israélo-américains.

<< Les efforts d'unité des Palestiniens arrivent à un moment très délicat, où la cause palestinienne est exposée à des menaces et des défis sérieux et stratégiques, à commencer par les efforts de l'administration américaine pour imposer des faits sur le terrain pour légitimer l'occupation israélienne, et les plans israéliens de annexer la Cisjordanie », a déclaré l'analyste politique palestinien Husam al-Dajani à Al Jazeera.

"La dernière de ces menaces a été la décision des EAU de normaliser leurs relations avec Israël sans égard pour les droits palestiniens ou la cause palestinienne. La décision de normalisation des EAU a précipité / accéléré les pourparlers intra-palestiniens et a persuadé toutes les parties de se réunir."

Al-Dajani a déclaré que la division doit cesser pour de bon si la cause palestinienne veut survivre.

"Il doit y avoir un travail persistant pour rétablir la considération au projet national palestinien. Ce travail commence par mettre fin à la division afin de pouvoir faire face à toutes les menaces et défis", a déclaré al-Dajani.

Un haut responsable du Fatah et porte-parole, Iyad Nasser, a déclaré à Al Jazeera: "Les menaces et les dangers auxquels le peuple palestinien et la cause palestinienne sont confrontés sont ce qui a conduit à ces progrès réalisés dans la formation des comités et dans la formation de la direction nationale de la résistance populaire".

Nasser a déclaré que son parti était optimiste quant aux efforts déployés pour réparer les clôtures.

<< À ce stade, l'unité est nécessaire pour affronter tous les projets et stratagèmes qui visent à liquider la cause palestinienne et les droits des Palestiniens. À ce moment critique, nous devons transcender les différends entre factions mineures pour parvenir à une dévotion totale pour défendre et faire avancer la question centrale, qui est la question de Palestine », a ajouté Nasser.

"Faire face à la normalisation nécessite l'accélération de la réalisation de l'unité nationale et l'escalade de la résistance populaire dans la terre palestinienne occupée."

Palestine - Israël

Les Palestiniens protestent contre le plan d'Israël d'annexer des parties de la Cisjordanie occupée près de la ville de Ramallah en juin (Abbas Momani / AFP)

'Affronter Israël'

Étant donné que les efforts de réconciliation réussis entre le Hamas et le Fatah se sont avérés insaisissables pendant plus d'une décennie, le peuple palestinien fait généralement face à toute nouvelle tentative avec scepticisme.

Al-Dajani a noté: "La raison des progrès entre le Hamas et le Fatah était que le point de départ des pourparlers entre les deux mouvements cette fois-ci était d'affronter Israël et de protéger la cause palestinienne, par opposition au partage du pouvoir et aux ambitions politiques de chacun.

"Si cette équation se poursuit et que l'avancement de la cause palestinienne reste la porte d'entrée pour les pourparlers d'unité, alors l'unité palestinienne viendra naturellement et sera accomplie."

Le dialogue entre le Hamas et le Fatah au cours des deux derniers mois a été axé sur la mise de côté des désaccords et la recherche d'un terrain d'entente.

En plus de leur rejet unifié des mesures israéliennes et américaines contre les Palestiniens, les deux mouvements ont convenu que la résistance populaire non violente était la stratégie privilégiée.

La direction conjointe, dirigée par le Hamas et le Fatah, devrait activer cette semaine la résistance populaire en Cisjordanie, bien qu'elle n'ait pas donné de détails.

Jibril Rajoub, secrétaire général du comité central du Fatah – qui était à l'origine de l'initiative au sein du Fatah de relancer les pourparlers avec le Hamas en juin – a déclaré aux journalistes que les factions palestiniennes étaient convenues qu'il y aurait un changement dans les règles d'engagement avec les forces d'occupation israéliennes.

"Nous ne permettrons pas à l'occupation de déraciner un olivier ou de blesser un Palestinien sans en payer le prix", a déclaré Rajoub.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *