Catégories
Patrimoine et Culture

Flydubai lance son premier vol régulier Dubaï-Tel Aviv | moyen-Orient

Les Émirats arabes unis ont signé en septembre un accord pour normaliser les relations avec Israël, le premier accord de ce type conclu par un État arabe du Golfe.

La compagnie aérienne à bas prix flydubai a lancé jeudi des vols directs vers Tel Aviv, le premier service commercial régulier entre les deux villes, à la suite de la normalisation des relations entre les Émirats arabes unis et Israël.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu sera sur place pour l'arrivée du vol inaugural après son voyage de près de quatre heures, a déclaré son porte-parole.

"Le Premier ministre Netanyahu assistera ce matin à la cérémonie d'accueil du premier vol commercial @flydubai qui arrivera à l'aéroport international Ben-Gurion", a déclaré Ofir Gendelman dans un tweet.

«Ce sont les fruits de la paix Chers touristes émiratis, bienvenue en Israël!»

Les Émirats arabes unis ont signé en septembre un accord négocié par les États-Unis pour officialiser les relations avec Israël, le premier accord de ce type conclu par un État arabe du Golfe.

Avec leurs économies durement touchées par la pandémie de coronavirus, les Émirats arabes unis et Israël espèrent des dividendes rapides de l'accord de normalisation, y compris un afflux de touristes alors que Dubaï entre dans sa haute saison hivernale.

«Le démarrage des vols réguliers contribuera au développement économique et créera de nouvelles opportunités d'investissement», a déclaré le PDG de flydubai, Ghaith al-Ghaith, lors de l'annonce du service plus tôt ce mois-ci.

Le transporteur de Dubaï assurera la liaison deux fois par jour, et les compagnies aériennes israéliennes El Al et Israir devraient toutes deux lancer leurs services commerciaux entre les villes le mois prochain.

Etihad Airways, basée à Abu Dhabi, la capitale des Émirats arabes unis, a annoncé qu'elle commencerait à voler vers Tel Aviv en mars 2021.

Les vols réguliers interviennent alors que les Émirats arabes unis auraient cessé de délivrer de nouveaux visas aux citoyens de 13 pays à majorité musulmane, dont l'Iran, la Turquie, le Liban, la Syrie et la Somalie, selon un document délivré par un parc d'affaires appartenant à l'État.

Le document, envoyé aux entreprises opérant dans le parc et vu par l'agence de presse Reuters, citait une circulaire sur l'immigration entrée en vigueur le 18 novembre.

Il a déclaré que les demandes de nouveaux emplois et de visas de visite étaient suspendues jusqu'à nouvel ordre pour les ressortissants en dehors des Émirats arabes unis de pays comme l'Afghanistan, la Libye et le Yémen.

'Poignarder dans le dos'

Les Émirats arabes unis ne sont devenus que le troisième pays arabe à normaliser ses relations avec Israël, après l'Égypte en 1979 et la Jordanie en 1994.

Les deux pays ont déjà signé des traités sur les voyages sans visa – bien que cela ne soit pas encore entré en vigueur – ainsi que des accords sur la protection des investissements, la science et la technologie.

Depuis l'accord historique, Bahreïn et le Soudan ont emboîté le pas et ont convenu de tisser des liens.

Les accords ont brisé un consensus arabe de longue date selon lequel il ne devrait y avoir aucune normalisation avec Israël tant qu’il n’aurait pas conclu un accord de paix global avec les Palestiniens.

Les responsables de l'Autorité palestinienne ont condamné les accords de normalisation comme un «coup de couteau dans le dos» par les États arabes.

Depuis des années, plusieurs États arabes du Golfe établissent tranquillement des relations avec Israël sur la base d'une animosité partagée envers l'Iran, les États-Unis soutenant le processus.

L'Arabie saoudite, poids lourd régional, s'est jusqu'à présent abstenu de formaliser ses relations avec Israël, mais a donné son feu vert aux survols de l'État juif, dans un signe implicite d'approbation.

Après l'annonce de l'accord avec les Émirats arabes unis par le président Donald Trump en août, El Al a transporté une délégation de responsables américains et israéliens – dirigée par le gendre de Trump, Jared Kushner – à Abu Dhabi dans le cadre d'un service direct historique entre les deux pays.

Cela a été suivi d'une visite officielle d'une délégation des Émirats arabes unis à Tel Aviv ainsi que d'une série de vols charters transportant des groupes d'affaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *