Catégories
Patrimoine et Culture

La nouvelle règle Trump pourrait exiger jusqu'à 15 000 $ de caution pour voyager aux États-Unis | États-Unis et Canada

L'administration sortante du président américain Donald Trump a publié une nouvelle règle temporaire qui pourrait obliger les touristes et les voyageurs d'affaires de deux douzaines de pays – la plupart en Afrique – à payer une caution allant jusqu'à 15000 dollars pour se rendre aux États-Unis.

Le département d'État américain a déclaré lundi que la règle finale temporaire, qui entre en vigueur le 24 décembre et jusqu'au 24 juin, cible les pays dont les ressortissants ont des taux plus élevés de visas B-2 pour les touristes et de visas B-1 pour les voyageurs d'affaires.

L'administration Trump a déclaré que le programme pilote de six mois vise à tester la faisabilité de la collecte de telles obligations et servira de dissuasion diplomatique au dépassement de la durée des visas.

"Le programme pilote est conçu pour s'appliquer aux ressortissants de pays spécifiés avec des taux de dépassement de séjour élevés pour servir d'outil diplomatique pour encourager les gouvernements étrangers à prendre toutes les mesures appropriées pour s'assurer que leurs ressortissants quittent à temps les États-Unis après avoir effectué des visites temporaires", selon le Document du département d'État.

Un manifestant tient une pancarte devant la Cour suprême des États-Unis, tandis que les juges de la cour examinent la légalité de la dernière interdiction de voyager du président Donald Trump visant les personnes de pays à majorité musulmane, à Washington, DC, États-Unis (Fichier: Yuri Gripas / Reuters)

Trump, qui a perdu une candidature à une réélection plus tôt ce mois-ci, a fait de la restriction de l'immigration l'un des objectifs de son mandat de quatre ans. Le président élu Joe Biden, un démocrate, s'est engagé à renverser de nombreuses politiques d'immigration du président républicain, mais démêler des centaines de changements pourrait prendre des mois, voire des années.

L'équipe de transition de Biden n'a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire de Reuters concernant l'obligation de visa.

Mais dans des commentaires précédents, Biden a déclaré que «le premier jour», il révoquerait les restrictions de voyage de Trump – souvent connues sous le nom d '«interdiction musulmane» – qui affectent les ressortissants d'Iran, de Libye, de Somalie, de Syrie, du Yémen, ainsi que les citoyens du Venezuela. , Corée du Nord, Nigéria, Soudan et Myanmar.

Des maquettes de passeports de voyageurs musulmans interdits sont placées devant la Cour suprême des États-Unis lors d'une manifestation à Washington, DC, États-Unis (Fichier: Yuri Gripas / Reuters)

Trump a signé l'interdiction de voyager par décret en 2017, une décision qui a suscité l'indignation généralisée des militants et des groupes de défense des droits qui ont accusé l'administration Trump de discrimination et de racisme.

Cette dernière règle d'obligation de visa permettra aux agents consulaires américains d'exiger des touristes et des voyageurs d'affaires originaires de pays dont les ressortissants avaient un «taux de dépassement de séjour» de 10% ou plus en 2019 de payer une caution remboursable de 5 000 $, 10 000 $ ou 15 000 $.

Vingt-quatre pays remplissent ce critère, dont 15 pays africains. Bien que ces pays affichent des taux plus élevés de séjours prolongés, ils envoient relativement peu de voyageurs aux États-Unis.

Historiquement, les agents consulaires américains ont été découragés d'exiger des voyageurs qui se rendent aux États-Unis de déposer une caution, le département d'État indiquant que le traitement des obligations serait «fastidieux», selon la règle temporaire.

Selon le document, les pays dont les touristes et les voyageurs d'affaires pourraient être soumis à l'obligation de caution comprennent ceux d'Afghanistan, d'Iran, de Syrie, du Yémen, de Libye, de Mauritanie, d'Érythrée et du Soudan. Les autres pays comprennent l'Angola, le Bhoutan, le Burkina Faso, le Burundi, le Cabo Verde, le Tchad, la République démocratique du Congo, Djibouti, ainsi que la Gambie, la Guinée-Bissau, le Laos, le Libéria, le Myanmar (Birmanie), la Papouasie-Nouvelle-Guinée et Sao Tomé. et Principe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *