Catégories
Patrimoine et Culture

Les États-Unis interdisent les importations d'huile de palme du producteur malaisien FGV | Actualités Malaisie

Les États-Unis ont interdit les importations d'huile de palme de la société malaisienne FGV Holdings à la suite d'une enquête sur des allégations d'utilisation du travail forcé, a déclaré l'agence américaine des douanes et de la protection des frontières (CBP).

FGV, l’un des plus grands producteurs d’huile de palme brute au monde, et certains autres fournisseurs de l’huile utilisée dans tout, de l’alimentation et des cosmétiques au biodiesel, sont depuis longtemps confrontés à des allégations de groupes de défense des droits des travailleurs et des violations des droits de l’homme.

En réponse, FGV a déclaré «qu'elle est pleinement engagée à respecter les droits de l'homme et à faire respecter les normes du travail».

L'agence américaine a déclaré que l'interdiction était le résultat d'une enquête d'un an qui a révélé des signes de travail forcé tels que l'abus des personnes vulnérables, la tromperie, la violence physique et sexuelle, l'intimidation et les menaces, et la conservation des documents d'identité.

L'enquête a également soulevé des inquiétudes quant au fait que le travail forcé des enfants était potentiellement utilisé dans les processus de production de FGV, a déclaré le CBP dans un communiqué, ajoutant que l'interdiction entrerait en vigueur immédiatement.

«L’utilisation du travail forcé dans la production d’un tel produit omniprésent permet aux entreprises de tirer profit des mauvais traitements infligés aux travailleurs vulnérables», a déclaré Brenda Smith, commissaire adjointe exécutive du bureau commercial du CBP.

L'Indonésie et la Malaisie sont les deux plus grands producteurs d'huile de palme et l'industrie a également été accusée de déforestation et de destruction des habitats naturels.

Smith a déclaré que le CBP avait reçu des allégations concernant l'industrie plus large de l'huile de palme et a demandé aux importateurs américains de se pencher sur les pratiques de travail de leurs fournisseurs.

«Je ne peux pas être plus précis à ce stade, mais je suggérerais que les importateurs américains qui font des affaires avec des producteurs d’huile de palme examinent leur chaîne d’approvisionnement et posent beaucoup de questions sur les pratiques de travail», a-t-elle déclaré.

«Mesures concrètes»

Dans une déclaration à Al Jazeera, le FGV a déclaré avoir pris «des mesures concrètes au cours des dernières années» pour améliorer ses pratiques de travail.

La société a déclaré que ses travailleurs migrants, principalement d'Indonésie et d'Inde, étaient informés des conditions de leur emploi, de la portée de leur travail et de leurs droits et responsabilités avant de quitter leur pays d'origine et à leur arrivée en Malaisie.

Elle a également déclaré qu'elle versait à ses travailleurs «au minimum le salaire minimum» en vertu de la loi malaisienne et qu'elle avait dépensé 350 millions de ringgit malais (84,4 millions de dollars) au cours des trois dernières années pour moderniser les logements de son personnel de plantation.

Le FGV a également nié conserver les passeports de ses travailleurs, ajoutant avoir installé 32 350 boîtes de sécurité pour que son personnel puisse stocker leurs documents.

Smith du CBP a déclaré que le géant américain des biens de consommation Procter & Gamble, qui a une joint-venture avec FGV, devrait prendre l'interdiction «au sérieux» s'il est importateur de ses produits à base d'huile de palme.

Procter & Gamble n'a pas immédiatement répondu à l'agence de presse Reuters pour ses demandes de commentaires.

L'interdiction du CBP intervient après que des groupes de défense des droits ont appelé les autorités américaines l'année dernière à enquêter sur le FGV en raison de préoccupations concernant le travail forcé et la traite des êtres humains dans ses plantations.

Environ 80 pour cent des travailleurs des plantations de palmiers en Malaisie, soit quelque 337 000 travailleurs, sont des migrants originaires de pays comme l'Indonésie, l'Inde et le Bangladesh.

Le groupe anti-trafic Liberty Shared a soumis une pétition au CBP en avril contre un autre producteur d'huile de palme malais, Sime Darby Plantation, pour abus de travail présumé.

La société a déclaré en juillet qu'elle avait demandé plus d'informations au groupe de défense des droits et qu'elle traiterait rapidement toute violation après une enquête approfondie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *