Catégories
Patrimoine et Culture

Les manifestants anti-Netanyahu maintiennent la pression sur le dirigeant israélien | Nouvelles

Des milliers d'Israéliens ont manifesté samedi contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu à Jérusalem pour sa corruption présumée et la gestion par le gouvernement de la pandémie de coronavirus.

La foule s'est rassemblée devant la résidence de Netanyahu, sifflant, agitant des pancartes et des drapeaux et appelant à sa démission.

De plus petites manifestations ont eu lieu le long des ponts aux principales intersections dans les villes d'Israël.

Les médias israéliens ont estimé qu'environ 10 000 personnes ont assisté à ce qui est devenu une manifestation hebdomadaire à Jérusalem. Les organisateurs ont déclaré que jusqu'à 25 000 personnes se sont jointes à la manifestation.

Les manifestations, qui en sont maintenant à leur 12e semaine, se sont intensifiées au cours de l'été alors que les cas de COVID-19 augmentaient.

Avec une population de neuf millions d'habitants, Israël a signalé près de 150 000 infections et plus de 1 000 décès.

Des milliers de personnes demandent à Netanyahu de démissionner à cause du coronavirus et de la corruption

Le pays est en récession en raison de la pandémie et le taux de chômage oscille au-dessus de 20%.

Une enquête publiée en août par l'Institut israélien de la démocratie a révélé que 61% des Israéliens ne faisaient pas confiance à Netanyahu pour gérer la crise des coronavirus.

Certains détracteurs du Premier ministre disent qu'il est préoccupé par son procès pour corruption pour corruption, fraude et abus de confiance.

L'homme de 70 ans a été inculpé en novembre dans des affaires impliquant des cadeaux d'amis fortunés et pour avoir prétendument sollicité des faveurs réglementaires pour des magnats des médias en échange d'une couverture favorable. Son procès s'est ouvert en mai et devrait reprendre en janvier.

Netanyahu nie tout acte répréhensible. Il a décrit son procès comme une chasse aux sorcières politique de gauche visant à renverser un dirigeant populaire de droite.

Il a également condamné les manifestations contre lui, accusant les manifestants de piétiner la démocratie.

Une percée diplomatique avec les Émirats arabes unis en août – suivie par Bahreïn vendredi – a été largement saluée par les Israéliens, mais a été éclipsée par les craintes économiques suscitées par la crise des coronavirus.

Après une réaction médiatique, Netanyahu a annulé dimanche son intention de voyager à bord d'un avion d'affaires avec sa famille à Washington, DC pour une cérémonie de signature de l'accord Israël-Émirats arabes unis, indépendamment d'un avion de ligne affrété pour la délégation israélienne.

Certains commentateurs des médias ont critiqué les projets de voyage aux États-Unis comme étant extravagants à un moment où les Israéliens se dirigent vers leur deuxième verrouillage depuis mars.

Les aides du Premier ministre ont déclaré que les projets de voyager séparément étaient une précaution sanitaire. Mais le bureau de Netanyahu a déclaré vendredi qu'il voyagerait avec le reste de la délégation.

LA SOURCE:
Agence de presse Reuters

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *