Catégories
Patrimoine et Culture

Un organe des Nations Unies conseille au Pakistan de cesser de délivrer des licences de pilote: rapport | Pakistan Nouvelles

Les conseils interviennent après que le Pakistan a ouvert une enquête sur les allégations selon lesquelles de nombreux pilotes de ligne auraient reçu de fausses informations d'identification.

L'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) a conseillé au Pakistan d'entreprendre des «mesures correctives immédiates» et de suspendre la délivrance de toute nouvelle licence de pilote à la suite d'un scandale concernant des licences falsifiées, selon un responsable et un document consulté par l'agence de presse Reuters .

Les recommandations de l'OACI, une institution spécialisée des Nations Unies qui œuvre pour assurer la sécurité dans le transport aérien international, interviennent quelques jours après que le Pakistan a ouvert une enquête criminelle sur 50 pilotes et cinq responsables de l'aviation civile qui les auraient aidés à falsifier les informations d'identification pour obtenir des licences de pilote.

«Le Pakistan devrait améliorer et renforcer son système d'octroi de licences pour s'assurer qu'il prend en compte tous les processus et procédures nécessaires et prévient les incohérences et les mauvaises pratiques avant que de nouvelles licences ne soient délivrées et que les privilèges des licences suspendues soient rétablis», a déclaré l'OACI dans une lettre non signalée auparavant. à la Pakistan Civil Aviation Authority (PCAA) la semaine dernière.

Un responsable du ministère pakistanais de l'aviation a déclaré à Reuters que le pays n'avait pas délivré de nouvelles licences depuis juillet, à la suite du scandale.

Un porte-parole du ministère pakistanais de l’aviation, qui est également un porte-parole de la PCAA, n’était pas immédiatement disponible pour commenter l’avis de l’OACI lorsqu'il a été contacté par Al Jazeera.

Al Jazeera a rapporté en juillet des allégations de pilotes pakistanais selon lesquelles la fraude et les pratiques de certification de vol inappropriées au sein de l'organisme de réglementation de l'aviation civile du pays étaient monnaie courante et que la sécurité aérienne était régulièrement compromise par les compagnies aériennes en raison de systèmes de gestion de la sécurité défectueux, de rapports incomplets et de l'utilisation de dérogations réglementaires.

Pakistan International Airlines (PIA), la plus grande compagnie aérienne du pays et le seul grand transporteur international, était au centre de la plupart des plaintes relatives à la sécurité aérienne et a nié toutes les allégations.

Le ministre de l’aviation du pays a déclaré que près d’un tiers de tous les pilotes pakistanais licenciés avaient obtenu leur certification de manière frauduleuse.

Un dossier troublé

Ses commentaires sont intervenus des semaines après l'écrasement d'un avion de passagers PIA en mai dans la ville méridionale de Karachi, tuant 98 personnes.

Le Pakistan a connu des problèmes de sécurité aérienne, avec cinq accidents d'avion de ligne commerciaux ou charters importants au cours des 10 dernières années seulement, tuant 445 personnes.

Au cours de la même période, il y a eu de nombreux autres incidents de sécurité non mortels, notamment l'arrêt des moteurs en plein vol ou au décollage, des pannes de train d'atterrissage, des dépassements de piste et des collisions au sol, selon les rapports officiels et les témoignages des pilotes.

En 2019, l'industrie aéronautique pakistanaise a enregistré 14,88 accidents par million de départs, selon l'OACI, bien au-dessus de la moyenne mondiale de 3,02.

Les recommandations de l’agence basée à Montréal précèdent un audit de l’OACI visant à évaluer les systèmes de gestion de la sécurité aérienne du pays.

L'audit de l'OACI, initialement prévu pour novembre de cette année, a été déplacé en juin, ce qui donne effectivement plus de temps à la PCAA pour travailler sur les réformes, a déclaré le responsable.

Un représentant de l'OACI a refusé de commenter à Reuters les détails spécifiques des conseils adressés au Pakistan, mais a déclaré dans un courrier électronique que l'OACI «aide le Pakistan à reconnaître ses préoccupations, et s'il ne prend pas rapidement des mesures à leur sujet, nous en informerons activement les autres pays. . »

Le scandale des pilotes a entaché l’industrie de l’aviation pakistanaise et porté préjudice à PIA, qui n’a pas été autorisée à se rendre en Europe et aux États-Unis.

En plus de révoquer les licences de 50 pilotes, le Pakistan a également suspendu 32 autres pilotes pendant un an.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *