Catégories
Patrimoine et Culture

Un procureur de l'Iowa inculpé pour menaces d'expulsion contre une femme médecin, procureur, harcèlement

Un procureur de l'Iowa a été accusé de harcèlement pour avoir prétendument menacé de poursuivre des accusations criminelles sans fondement contre son ex-fiancée, un médecin iranien, qui, selon lui, pourrait entraîner son expulsion.

Ryan McCord, 40 ans, était un avocat adjoint du comté de Des Moines à Burlington lorsqu'il aurait harcelé la femme pendant des mois après la fin de leur relation, selon une plainte pénale déposée lundi.

La femme travaille comme médecin au Great River Medical Center à Burlington avec un visa pour les médecins nés à l'étranger.

McCord a faussement dit à la femme qu'il avait une accusation de violence domestique contre elle au bureau du shérif qui pourrait être déposée si elles ne se remettaient pas, indique la plainte.

«La raison pour laquelle je n'avance pas est que j'ai encore de l'espoir dans notre relation … mais je pourrais porter plainte à tout moment au cours des deux prochaines années», lui aurait-il dit dans un message sur les réseaux sociaux.

McCord a affirmé qu'elle avait commis une agression criminelle et qu'un tel cas pourrait avoir des conséquences sur son statut d'immigrant, y compris une expulsion potentielle. Il a également averti qu'il pourrait donner à ses supérieurs à l'hôpital des informations négatives qui nuiraient à son emploi, indique la plainte.

La femme a nié toute allégation de violence. De plus en plus préoccupée par les menaces de McCord, elle s'est rendue au bureau du shérif en août pour demander si des accusations étaient en suspens contre elle. Elle a finalement donné des détails sur le harcèlement présumé à la Division des enquêtes criminelles, qui a repris l'affaire.

McCord avait rencontré un député l'année dernière pour faire des allégations contre la femme, affirmant qu'il souhaitait uniquement que ses revendications soient documentées et non enquêtées, indique la plainte. Il a retiré les allégations lorsqu'on lui a dit que ce n'était pas une option.

McCord, qui a poursuivi les crimes et autres crimes, a été limogé le 28 août, a déclaré la procureure du comté de Des Moines, Lisa Schaefer. Schaefer n'a pas donné la raison pour laquelle il a mis fin à McCord, qui était au bureau depuis un an.

Elizabeth Garvish, une avocate spécialisée en immigration représentant l’hôpital et la femme, a déclaré que la menace d’arrestation ou d’inculpations n’aurait aucun impact sur le statut d’immigration de quiconque. Elle a dit qu'une fois doit être condamné pour un crime pour qu'il y ait des conséquences.

Elle a dit que le médecin fournissait un «service merveilleux à notre pays» en servant des patients dans une région mal desservie et était secoué par la situation.

«Si vous êtes un immigré sous l’administration Trump, lorsque les gens commencent à lancer le mot« déportation », c’est une menace. C'est effrayant pour les gens », dit-elle. «Les immigrants se sentent indésirables dans notre pays en ce moment.»

Le harcèlement comprenait également des appels téléphoniques répétés à partir d'un numéro de téléphone restreint et une visite en personne de McCord à son appartement, selon la plainte.

McCord n'a pas renvoyé les courriels et les messages téléphoniques demandant des commentaires. Il a déclaré aux enquêteurs qu'il avait «probablement» fait des déclarations qui pourraient être interprétées comme des menaces pour le statut d'immigration, l'emploi et le casier judiciaire de la femme.

Les autorités ont arrêté McCord lundi à Centreville, où il a depuis déménagé. Il a été réservé à la prison du comté et libéré après avoir déposé une caution de 500 $. L'accusation de harcèlement au troisième degré est un simple délit passible d'une peine maximale de 30 jours de prison.

Dans les documents déposés au tribunal mardi, McCord a plaidé non coupable, a exigé un procès rapide et a demandé qu'un défenseur public le représente.

Pour éviter un conflit d'intérêts avec le comté de Des Moines, un juge a nommé un procureur du comté d'Appanoose pour s'occuper de l'affaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *